Page:Verne - La Chasse au Météore, Hetzel, 1908.djvu/214

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
197
LA CHASSE AU MÉTÉORE

ment, et la porte de cette misérable masure venait de s’ouvrir, encadrant un personnage du plus étrange aspect. Ce personnage interpellait les envahisseurs. « Eh, là-bas ! criait-il en français d’une voix rocailleuse, ne vous gênez pas. Faites comme chez vous ! »

M. de Schnack comprenait le français. C’est pourquoi M. de Schnack s’arrêta sur place, et, derrière lui, s’arrêtèrent pareillement les touristes, qui, d’un même mouvement, tournèrent à la fois vers l’insolite interpellateur leurs trois mille visages intrigués.