Page:Verne - La Chasse au Météore, Hetzel, 1908.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
211
LA CHASSE AU MÉTÉORE

votre exemple, je me dirigerai du côté du Mozik. L’heure du déjeuner a sonné, je pense. »

C’était le parti le plus sage, mais, ce sage parti, il fut impossible à Francis Gordon et à Jenny de le faire adopter par MM. Forsyth et Hudelson.

En vain la foule s’écoula peu à peu, en vain M. de Schnack, le dernier, se décida à regagner la station d’Upernivik, les deux maniaques s’entêtèrent à demeurer seuls en tête à tête avec leur météore.

« Enfin papa, venez-vous ? » demanda pour la dixième fois Jenny Hudelson vers deux heures de l’après-midi.

Pour toute réponse, le docteur Hudelson fit une douzaine de pas en avant. Mais il fut obligé de reculer précipitamment. C’était comme s’il se fût aventuré devant la gueule d’un four. Mr Dean Forsyth, qui s’était élancé à sa suite, dut battre en retraite avec non moins de hâte.

« Voyons, mon oncle, reprit à son tour Francis Gordon, voyons Mr Hudelson, il est temps de regagner le bord… Que diable ! le bolide ne se sauvera pas maintenant. De le dévorer des yeux, ce n’est pas cela qui vous remplira l’estomac. »

Vains efforts. C’est seulement le soir que, tombant de fatigue et d’inanition, Mr Forsyth et Mr Hudelson se résignèrent à quitter la place, bien décidés à revenir le lendemain.

Ils y revinrent, en effet, dès la première heure, mais ce fut pour se heurter à une cinquantaine d’hommes armés — toutes les forces groënlandaises — assurant le service d’ordre autour du précieux météore.

Contre qui le gouvernement prenait-il cette précaution ? Contre Zéphyrin Xirdal ? En ce cas, cinquante hommes, c’était beaucoup. D’autant plus que le bolide se défendait fort bien tout seul. Son insoutenable chaleur maintenait les plus audacieux à distance respectueuse. À peine si l’on avait gagné un mètre depuis la veille. De ce train-là, il faudrait des mois et des mois pour que M. de Schnack pût prendre effectivement possession du trésor au nom du Groënland.

N’importe, on faisait garder ce trésor. Quand il s’agit de cinq mille sept cent quatre-vingt-huit milliards, on ne saurait être trop prudent.

À la prière de M. de Schnack, un des navires en rade était