Page:Verne - La Chasse au Météore, Hetzel, 1908.djvu/246

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
227
LA CHASSE AU MÉTÉORE

sauver, risquant sa vie pour elle, il s’était jeté à son secours dans de telles conditions qu’il y aurait sans doute à compter deux victimes au lieu d’une…

Non. Seth Stanfort parvint à rejoindre la jeune femme, et s’arc-boutant contre une roche, il put résister au monstrueux remous. De nombreux touristes coururent aussitôt à leur aide et les ramenèrent en arrière. Ils étaient sauvés.

Si Mr Seth Stanfort n’avait point perdu connaissance, Mrs Arcadia Walker était inanimée. Des soins empressés ne tardèrent pas à la rappeler à la vie. Ses premiers mots furent pour son ancien mari.

« Du moment que je devais être sauvée, il était tout indiqué que ce fût par vous », dit-elle en lui pressant la main et en lui adressant un regard plein de la plus tendre reconnaissance.

Moins heureux que Mrs Arcadia Walker, le merveilleux bolide n’avait pu échapper à son funeste sort ! Hors de l’atteinte des hommes, ses débris reposaient maintenant dans les profondeurs de la mer. Quand bien même il eût été possible, au prix d’efforts inouïs, de retirer une telle masse de ces insondables abîmes, il fallait renoncer à cet espoir. Du noyau brisé par l’explosion, les milliers d’éclats s’étaient, en effet, éparpillés au large. M. de Schnack, Mr Dean Forsyth et le docteur Hudelson en cherchèrent vainement la moindre parcelle sur le littoral. Non, ils étaient disparus jusqu’au dernier centime, les cinq mille sept cent quatre-vingt-huit milliards. De l’extraordinaire météore, il ne subsistait rien.