Page:Verne - La Chasse au Météore, Hetzel, 1908.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
51
LA CHASSE AU MÉTÉORE

« Il y a quelqu’un sur la tour… reprit-elle après une minute d’attention.

— Mon oncle, assurément, répondit Francis.

— Il n’est pas seul.

— C’est Omicron qui est avec lui.

— Et il ne faut pas demander ce qu’ils font, ajouta Mrs Hudelson.

— Ils font ce que fait mon père », dit, avec une nuance de tristesse, Jenny, à qui la rivalité latente de Mr Dean Forsyth et de Mr Hudelson causait toujours un peu d’inquiétude.

La visite achevée, et Loo ayant une dernière fois affirmé sa complète satisfaction, Mrs Hudelson, ses deux filles et Francis Gordon revinrent à la maison de Moriss street. Dès le lendemain, on passerait bail avec le propriétaire de la villa et l’on s’occuperait de l’ameublement, de manière à être prêt pour le 15 mai.

Pendant ce temps, Mr Dean Forsyth et le docteur Hudelson ne perdraient pas une heure de leur côté. Ce qu’allait leur coûter de fatigue physique et morale, d’observations prolongées par les jours clairs et les nuits sereines, la recherche de leur bolide qui s’obstinait à ne pas reparaître au-dessus de l’horizon !…

Jusqu’ici, en dépit de leur assiduité, les deux astronomes en étaient pour leurs peines. Ni pendant le jour, ni pendant la nuit, le météore n’avait pu être saisi à son passage en vue de Whaston.

« Y passera-t-il seulement ? soupirait parfois Dean Forsyth après une longue pose à l’oculaire de son télescope.

— Il passera, répondait Omicron avec un imperturbable aplomb. Je dirai même : il passe.

— Alors, pourquoi ne le voyons-nous pas ?

— Parce qu’il n’est pas visible.

— Désolant ? soupirait derechef Dean Forsyth. Mais enfin, s’il est invisible pour nous, il doit l’être pour tout le monde… à Whaston, tout au moins.

— C’est absolument certain », affirmait Omicron.

Ainsi raisonnaient le maître et le serviteur, et ces propos qu’ils échangeaient, on les prononçait sous forme de monologue chez le docteur Hudelson non moins désespéré de son insuccès.

Tous deux avaient reçu, des observatoires de Pittsburg et de Cincinnati, réponse à leur lettre. On avait pris bonne note de la communication relative à l’apparition d’un bolide à la date du