Page:Verne - La Chasse au Météore, Hetzel, 1908.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
52
LA CHASSE AU MÉTÉORE

16 mars dans la partie septentrionale de l’horizon de Whaston. On ajoutait que, jusqu’ici, il avait été impossible de retrouver ce bolide, mais que, s’il était aperçu de nouveau, Mr Dean Forsyth et le docteur Sydney Hudelson en seraient aussitôt avisés.

Bien entendu, les observatoires avaient répondu séparément, sans savoir que les deux astronomes amateurs s’attribuaient chacun l’honneur de cette découverte et en revendiquaient la priorité.

Depuis que cette réponse était arrivée, la tour d’Elisabeth street et le donjon de Moriss street eussent pu se dispenser de poursuivre leurs fatigantes recherches. Les observatoires possédaient des instruments à la fois plus puissants et plus précis, et, si le météore n’était pas une masse errante, s’il suivait une orbite fermée, s’il revenait enfin dans les conditions où il avait été déjà observé, les lunettes et les télescopes de Pittsburg et de Cincinnati sauraient bien le saisir au passage. Mr Dean Forsyth et Mr Sydney Hudelson auraient donc sagement fait de s’en remettre aux savants de ces deux établissements renommés.

Mais Mr Dean Forsyth et Mr Sydney Hudelson étaient des astronomes et non des sages. C’est pourquoi ils s’attachèrent à poursuivre leur œuvre. Ils apportèrent même à cette poursuite une ardeur toujours grandissante. Sans qu’ils se fussent rien dit de leurs préoccupations, ils avaient le pressentiment qu’ils chassaient tous les deux un unique gibier, et la crainte d’être devancé ne leur laissait pas un moment de répit. La jalousie les mordait au cœur, et les relations des deux familles se ressentaient de leur état d’esprit.

En vérité, il y avait lieu d’être inquiet. Leurs soupçons prenant chaque jour plus de corps, Mr Dean Forsyth et le docteur Hudelson, jadis si intimes, ne mettaient plus le pied l’un chez l’autre.

Quelle situation pénible pour les deux fiancés ! Ceux-ci se voyaient pourtant chaque jour, car enfin la porte de la maison de Moriss street n’était point interdite à Francis Gordon. Mrs Hudelson lui témoignait toujours la même confiance et la même amitié ; mais il sentait bien que le docteur ne supportait pas sa présence sans une gêne visible. C’était bien autre chose quand on parlait de Mr Dean Forsyth devant Sydney Hudelson. Le docteur devenait tout pâle, puis tout rouge, ses yeux lançaient des