Page:Verne - La Jangada, 1881, t1.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

203
EN DESCENDANT TOUJOURS.

— Et elles sont, en outre, fort redoutables, ajouta la jeune fille. N’est-il pas vrai, Manoel ?

— Très redoutables, en effet, répondit le jeune homme. Ces vampires ont un instinct particulier qui les porte à vous saigner aux endroits où le sang peut le plus facilement couler, et principalement derrière l’oreille. Pendant l’opération, ils continuent à battre de l’aile et provoquent ainsi une agréable fraîcheur, qui rend le sommeil du dormeur plus profond. On cite des gens, soumis inconsciemment à cette hémorragie de plusieurs heures, qui ne se sont plus réveillés !

— Ne continuez pas à raconter de pareilles histoires, Manoel, dit Yaquita, ou bien ni Minha ni Lina n’oseront dormir cette nuit !

— Ne craignez rien, répondit Manoel. S’il le faut, nous veillerons sur leur sommeil !

— Silence ! dit Benito.

— Qu’y a-t-il donc ? demanda Manoel.

— N’entendez-vous pas un bruit singulier de ce côté ? reprit Benito en montrant la rive droite.

— En effet, répondit Yaquita.

— D’où provient ce bruit ? demanda la jeune fille. On dirait des galets qui roulent sur la plage des îles !

— Bon ! je sais ce que c’est ! répondit Benito. Demain, au lever du jour, il y aura régal pour ceux