Page:Verne - Le Village aérien, Hetzel, 1918.djvu/137

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’autre, le gibier aquatique ne manquera ni à droite ni à gauche, et, qui sait ?… quelque beau poisson pour varier le menu…

— Défiez-vous des crocodiles… et même des hippopotames, monsieur Max, conseilla le foreloper.

— Eh ! Khamis, un gigot d’hippopotame rôti à point n’est pas à dédaigner, je pense !… Comment un animal d’un caractère si heureux… un cochon d’eau douce après tout… n’aurait-il pas une chair savoureuse ?…

— D’un caractère heureux, c’est possible, monsieur Max, mais, quand on l’irrite, sa fureur est terrible !

— On ne peut pourtant pas lui découper quelques kilogrammes de lui-même sans s’exposer à le fâcher un peu…

— Enfin, ajouta John Cort, si vous aperceviez le moindre danger, revenez au plus vite. Soyez prudent…

— Et vous, soyez tranquille, John. — Viens, Llanga…

— Va, mon garçon, dit John Cort, et n’oublie pas que nous te confions ton ami Max ! »

Après une telle recommandation, on pouvait tenir pour certain qu’il n’arriverait rien de fâcheux à Max Huber, puisque Llanga veillerait sur sa personne.

Max Huber prit sa carabine et vérifia sa cartouchière.