Page:Verne - Les Frères Kip (partie 1).djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le James-Cook se balançait sur sa chaîne au milieu du port. La brise, soufflant du nord-ouest, devait favoriser sa sortie. Après avoir descendu le chenal jusqu’à Port-Chalmers, il trouverait bon vent pour remonter de la côte orientale de la Nouvelle-Zélande jusqu’au détroit qui sépare les deux îles. Toutefois, il lui faudrait, après avoir appareillé, prendre du tour pour éviter quelques navires mouillés à l’entrée du chenal et se rapprocher du quai qui borde le port à droite.

M. Gibson donna ses ordres. Les deux huniers, la trinquette, les focs et la brigantine furent successivement établis. Pendant cette manœuvre, il parut constant que Len Cannon et ses camarades connaissaient le métier, et, lorsqu’ils eurent à monter jusqu'aux barres des perroquets, ils le firent en hommes qui n’ont plus rien à apprendre du service de gabiers.

L’ancre, étant à pic, fut hissé au moment où les écoutes étaient raidies pour mettre le brick en bonne direction.

Flig Balt et Vin Mod purent échanger quelques mots pendant la manœuvre.

« Eh ! fit celui-ci, nos recrues vont bien...

— Assez proprement, Mod...

— Encore trois lascars de cette sorte, et nous aurions l’équipage qu’il nous faut...