Page:Verne - Les Tribulations d’un Chinois en Chine.djvu/149

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
135
kin-fo recommence à courir.

au-delà de Tong-Tchéou fut bientôt dépassée et disparut à l’angle d’un tournant assez brusque.

À cette hauteur, le Peï-ho n’était pas encore large. Il coulait, ici entre des dunes sablonneuses, là le long des petits hameaux agricoles, au milieu d’un paysage assez boisé, que coupaient des vergers et des haies vives.

Plusieurs bourgades importantes parurent, Matao, Hé-Si-Vou, Nane-Tsaë, Yang-Tsoune, où les marées se font encore sentir.

Tien-Tsin se montra bientôt. Là, il y eut perte de temps, car il fallut faire ouvrir le pont de l’Est, qui réunit les deux rives du fleuve, et circuler, non sans peine, au milieu des centaines de navires dont le port est encombré. Cela ne se fit pas sans grandes clameurs, et coûta à plus d’une barque les amarres qui la retenaient dans le courant. On les coupait, d’ailleurs, sans aucun souci du dommage qui pouvait en résulter. De là une confusion, un embarras de bateaux en dérive, qui aurait donné fort à faire aux maîtres de port, s’il y avait eu des maîtres de port à Tien-Tsin.

Pendant toute cette navigation, dire que Craig et Fry, plus sévères que jamais, ne quittaient pas leur client d’une semelle, ce ne serait vraiment pas dire assez.

Il ne s’agissait plus du philosophe Wang, avec lequel un accommodement eût été facile, si l’on avait pu le prévenir, mais bien de Lao-Shen, ce Taï-ping qu’ils ne connaissaient pas, ce qui le rendait bien autrement redoutable. Puisqu’on allait à lui, on aurait pu se croire en sûreté, mais qui prouvait qu’il ne s’était pas déjà mis en route pour rejoindre sa victime ? Et alors comment l’éviter, comment le prévenir ? Craig et Fry voyaient un assassin dans chaque passager du Peï-tang. Ils ne mangeaient plus, ils ne dormaient plus, ils ne vivaient plus !

Si Kin-Fo, Craig et Fry étaient très sérieusement inquiets, Soun, pour sa part, ne laissait pas d’être horriblement anxieux. La seule pensée d’aller sur mer lui faisait déjà mal au cœur. Il pâlissait à mesure que le Peï-tang se rapprochait du golfe de Pé-Tché-Li. Son nez se pinçait, sa bouche se contractait, et, cependant, les eaux calmes du fleuve n’imprimaient encore aucune secousse au steamboat.

Que serait-ce donc, lorsque Soun aurait à supporter les courtes lames d’une étroite mer, ces lames qui rendent les coups de tangage plus vifs et plus fréquents !

« Vous n’avez jamais navigué ? lui demanda Craig.