Page:Verne - Mathias Sandorf, Hetzel, 1885, tome 1.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

59
la maison toronthal.

— Écoutez-moi, dit Sarcany, je serai bref.

— Et vous ferez bien.

— Si ce que j’ai à vous proposer ne vous convient pas, nous n’en parlerons plus, et je m’en irai !

— D’ici ou de Trieste ?

— D’ici et de Trieste !

— Dès demain ?

— Dès ce soir !

— Parlez donc !

— Voici ce dont il s’agit, dit Sarcany. Mais, ajouta-t-il en se retournant, vous êtes sûr que personne ne peut nous entendre ?

— Vous tenez donc bien à ce que notre entretien soit secret ? répondit ironiquement le banquier.

— Oui, Silas Toronthal, car vous et moi nous allons tenir dans nos mains la vie de hauts personnages !

— Vous, peut-être ! Moi, non !

— Jugez-en ! Je suis sur la piste d’une conspiration. Quel est son but, je ne le sais encore. Mais, depuis la partie qui s’est jouée au milieu des plaines de la Lombardie, depuis l’affaire de Sadowa, tout ce qui n’est pas Autrichien peut avoir beau jeu contre l’Autriche. Or, j’ai quelque raison de penser qu’un mouvement se prépare, sans doute en faveur de la Hongrie, et dont nous pourrions profiter ! »