Page:Verne - Un capitaine de quinze ans, Hetzel, 1878.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
37
S. V.

— Si vraiment, cousine Weldon. J’ai été assez heureux pour conquérir un de ces nouveaux staphylins qui n’avaient été trouvés jusqu’ici que quelques centaines de milles plus loin, en Nouvelle-Calédonie. »

À ce moment, Dingo, qui jouait avec Jack, s’approcha en gambadant du cousin Bénédict.

« Va-t’en ! va-t’en ! fit celui-ci en repoussant l’animal.

— Aimer les blattes et détester les chiens ! s’écria le capitaine Hull. Oh ! monsieur Bénédict !

— Un bon chien pourtant ! dit le petit Jack, qui prit dans ses petites mains la grosse tête de Dingo.

— Oui… je ne dis pas non !… répondit cousin Bénédict. Mais que voulez-vous ! Ce diable d’animal n’a pas réalisé les espérances que sa rencontre m’avait fait concevoir !

— Eh, grand Dieu ! s’écria Mrs. Weldon, espériez-vous donc pouvoir le ranger dans l’ordre des diptères ou des hyménoptères ?

— Non, répondit gravement cousin Bénédict. Mais n’est-il pas vrai que ce Dingo, bien qu’il fût de race néo-zélandaise, a été recueilli sur la côte occidentale de l’Afrique ?

— Rien n’est plus vrai, répondit Mrs. Weldon, et Tom l’a souvent entendu dire au capitaine du Waldeck.

— Eh bien ! j’avais pensé… j’avais espéré… que ce chien aurait rapporté quelques spécimens d’hémiptères spéciaux à la faune africaine…

— Bonté du ciel ! s’écria Mrs. Weldon.

— Et que peut-être… ajouta cousin Bénédict, quelque puce pénétrante ou irritante… d’espèce nouvelle…

— Entends-tu, Dingo ? dit le capitaine Hull. Entends-tu, mon chien ? Tu as manqué à tous tes devoirs !

— Mais j’ai eu beau l’épucer… ajouta l’entomologiste avec un accent de vif regret, je n’ai pu trouver un seul insecte…

— Que vous auriez immédiatement et impitoyablement mis à mort, j’espère ! s’écria le capitaine Hull.

— Monsieur, répondit sèchement cousin Bénédict, apprenez que sir John Franklin se faisait un scrupule de tuer le moindre insecte, fût-ce un maringouin, dont les attaques sont autrement redoutables que celles d’une puce, et, cependant, vous n’hésiterez pas à en convenir, sir John Franklin était un homme de mer qui en valait bien un autre !

— Certes ! dit le capitaine Hull en s’inclinant.