Page:Viard - Grandes chroniques de France - Tome 8.djvu/279

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


monseigneur saint Loys son aieul, pour mettre en sa chapelle, et une de ses costes pour metre en la plus principal eglise de Paris. Et avec ce, le pape li ottroia que Jaques et Pierre de la Colompne freres, et jadis cardinalz[1], lesquiex le pape Boniface avoit degradez de leur cardinalité, qu’il fussent en leurs premiers estas restituez. Et encore, li ottroia-il en recompensacion des despens qu’il avoit fais en la guerre de Flandres, le xe des eglises et les annuelz jusques à iii anz. Et encore ottroia ledit pape au roy et à ses freres, que des benefices premiers vacans ou royaume de France, il en peussent pourveoir leurs chapelains et leurs clers. Et le roy promist que la monnoie qui estoit foible, il la metroit en bon estat et convenable au miex que bonnement le pourroit faire. Et en cest an, le pape Climent fist x[2] cardinalz nouviaux, outre le nombre qui par avant estoit, des quiex il en envoia les ii à Rome, de par lui, pour garder la dignité senatoire. Il deposa l’evesque d’Arras[3], et si deposa l’evesque de Poitiers[4] et si donna à l’evesque d’Uve-

  1. Cf. Raynaldi, Annales ecclesiastici, t. IV, p. 398.
  2. On a « decem et octo » dans le texte latin, ce qui est une erreur. Ils furent créés le 18 des calendes de janvier 1305 à Lyon, soit le 15 décembre. Cf. Raynaldi, op. cit., t. IV, p. 398, qui donne les noms des dix cardinaux.
  3. L’évêque d’Arras était Gérard Pigalotti qui occupait ce siège depuis le 28 avril 1295. Sur sa déposition dont ne parle pas la Gallia Christiana, t. III, col. 334, voir Géraud, Chronique latine de Guillaume de Nangis, t. I, p. 351, note 2.
  4. L’évêque de Poitiers, Gautier de Bruges, occupait ce siège depuis le 4 décembre 1279. Après sa déposition, Arnaud d’Auch lui succéda le 4 novembre 1306. Gautier mourut le 21 janvier 1307 (Gallia Christiana, t. II, col. 1187-1188, et Acta sanctorum, janvier, t. II, p. 450-451).