Page:Vicaire - L’Heure enchantée, 1890.djvu/126

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Aux fentes du mur on voyait l’escorte
Qui regardait tout de grande amitié ;
De ces pauvres gens Marie a pitié.
Elle dit : — « Joseph, ouvrez donc la porte. »

Ils entrent. Chacun paiera son écot
D’une chansonnette à la bonne hôtesse.
Mais, pour le savoir et la politesse,
Nul ne vaut Gaspard, le roi moricaud.

Comme un enchanteur agitant ses manches,
Il bat la mesure et conduit le chœur.
Il rit largement et de tout son cœur ;
Dans sa face noire on voit ses dents blanches.

— « Voici quinze jours que je n’ai dormi,
Pour te voir plus tôt, avec ma Fanchette.
Si j’ai le cuir noir, mon âme est blanchette ;
Baille-moi cinq sous, mon petit ami. »


II


L’étoile d’amour, qui perce la brume,
Illumine encor la pauvre maison.
Un trait d’or soudain barre l’horizon.
L’Orient rougit et le jour s’allume.