Page:Vicaire - L’Heure enchantée, 1890.djvu/159

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




TRISTESSE DE LA VIERGE


I


 
Relevant de sa main blanche
Ses cheveux couleur de miel,
La Vierge un instant se penche
Au balcon doré du ciel.

Elle regarde le monde
Qui s’éveille à l’Orient,
Les étoiles dont la ronde
Passe, passe en tournoyant.

Aucun bruit dans l’étendue
À peine le cri lointain
D’une alouette éperdue,
Appelant le gai matin.