Page:Vicaire - L’Heure enchantée, 1890.djvu/162

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


 

Sur le riant paysage
Une ombre noire a passé ;
L’homme a montré son visage,
La vie a recommencé.

La vierge qui s’inquiète
Se penche, et son cœur aimant
Entend la plainte que jette
Le monde éternellement.

Dieu, là-bas, tant de souffrance
Et qui fait si peu de bruit !
Que d’êtres sans espérance
Ont pleuré toute la nuit !

C’est grand’pitié. Notre Dame
Soupire en joignant les mains,
Comme au temps où, pauvre femme,
Elle errait par les chemins.

Elle se voit quasi morte
De lassitude et d’effroi ;
Chacun lui ferme sa porte ;
Son petit Jésus a froid.

Son enfant, tout son courage,
Ah ! comment le protéger !
Les bourreaux sont à l’ouvrage,
On va venir l’égorger.