Page:Vicaire - L’Heure enchantée, 1890.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BEAU PAGE DE LA REINE


Qu’avez-vous, dites-moi,
Beau page de la reine ?
Qu’avez-vous, dites-moi,
Gentil menin du roi ?

Madame a les yeux doux
Et vous portez sa traîne,
Madame a les yeux doux :
Pourquoi donc pleurez-vous ?

— Hélas ! je ne suis rien
Qu’un enfant qui soupire ;
Hélas ! je ne suis rien,
L’amour est tout mon bien.

Si je n’aimais pas tant,
Comme il ferait bon rire !
Si je n’aimais pas tant,
J’aurais le cœur content.