Page:Vicaire - L’Heure enchantée, 1890.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Madame a dans les yeux
Le bleu de la pervenche,
Madame a dans les yeux
Quelque chose des deux.

Madame entre ses doigts
Tient une rose blanche,
Madame entre ses doigts
Tient la rose des bois,

Et ses cheveux dorés
Comme la fraîche aurore,
Et ses cheveux dorés
Ont la senteur des prés.

— Ah ! plutôt des lilas,
J’en pleurerais encore,
Ah ! plutôt des lilas,
Mais ne m’en parlez pas.

— Bah ! souriez un peu,
Beau page de la reine ;
Bah ! souriez un peu,
Beau page rose et bleu.

— Non, j’ai trop écouté
Le chant de la sirène ;
Non, j’ai trop écouté
Le rossignol d’été.