Page:Vicaire - L’Heure enchantée, 1890.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


 

Sur la mer hautaine
La nef dansera,
Et l’amour sera
Notre capitaine !


V


— « Et hop, et hop, mon bon cheval,
Plus vite encor, plus vite encore.
L’air a fraîchi, le ciel se dore,
Franchis les monts, saute le val.

« En son lit blanc mon Isoline,
Depuis hier, m’appelle en vain.
Elle rêve. Son corps divin
S’est perdu dans la mousseline.

« Elle est pure comme le feu,
Elle est noble comme la reine.
Trente servants portent sa traîne
Quand elle s’en va prier Dieu.

« Trente filles sont occupées
Rien qu’à peigner ses cheveux d’or.
Elle a la clef de mon trésor,
Et la garde de mes épées.