Page:Vicaire - L’Heure enchantée, 1890.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


 

Blondes printanières,
Maîtres enjôleurs
Qui portez des fleurs
À vos boutonnières,

L’amour, en passant,
Vous prend dans sa ronde ;
Allez, par le monde,
En vous embrassant.

La libre nature
Entend qu’on soit gai.
En avant, ô gué,
La bonne aventure.

Écoutez courir
Le sang dans vos veines ;
Comme les verveines,
Laissez-vous fleurir.

Mais quand vient l’extase,
Pensez, en vos jeux,
Aux cœurs orageux
Que le ciel écrase.

Quand le point du jour
Fleurit la colline,
Songez qu’Isoline
Est morte d’amour !