Page:Victor Brochard - Les Sceptiques grecs.djvu/287

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


yENÉSIDÈME. — HÉRACLITÉISME. 277

cette étrange métaphysique. Peut-être ne faut-il voir là qu'une rè^e toute pratique , destinée seulement à rendre possible la vie de tous les jours : l'excès même de ces spéculations aventureuses rendait nécessaire, pour le train ordinaire de la vie, une règle de ce genre. Le critérium d'^Enésidème serait alors analogue au précepte de Pyrrfaon : faire comme tout le monde, ou à ce que Timon appelait avvnOzla, II est vrai qu'alors l'emploi du mot àkfiOti a lieu de nous surprendre.

Quoi qu'il en soit, les idées dogmatiques d'^nésidème sont assez bien liées entre elles pour qu'il soit impossible de douter que nous sommes ici en présence d'un système, fort imparfaite- ment connu de nous sans doute, mais soigneusement élaboré, et délibérément accepté par son auteur. Em. Saisset se tire d'em- barras trop facilement quand il déclare^') que les débris de l'héraclitéisme d'iEnésidème n'ont qu'une importance secon- daire. Si peu importants qu'ils soient d'ailleurs, ils sont en par- faite contradiction avec tout le reste de ce que nous savons d'iEnésidème. L'historien ne peut se soustraire au devoir de chercher comment un même homme a pu être à la fois le plus illustre représentant du scepticisme et un dogmatisle si hardi. C'est le plus diiBcile de tous les problèmes que soulève l'histoire du scepticisme ancien.

II. Diverses explications ont été proposées. Saisset suppose qu'après avoir passé en réalité d'Heraclite à Pyrrhon, yËnési- dème « voulut éviter le reproche de se contredire par un ingé- nieux subterfuge, en établissant entre le scepticisme et l'héra- clitéisme cette espèce de lien logique dont parie Sextus. . . Au fond, rien ne parait certain, et le parti le plus sage est de s'abstenir de tout système. Mais s'il fallait en choisir un, celui d'Heraclite devrait avoir la préférence. »

L'unique raison invoquée par Saisset pour justifier cette inter- prétation est la prétendue loi de l'histoire de la philosophie, d'après laquelle le scepticisme s'enchaînerait toujours au sensua-

^'^ Op, cit,, p. 909.

�� �