Page:Ville - Au Klondyke, 1898.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
89
deuxième voyage

Cependant, le calme rentra en lui peu à peu, et il finit par murmurer :

— Advienne que pourra !

Il est vrai que l’effrayante vision venait de disparaître.


Ville - Au Klondyke, 1898 (Images).djvu


Les matelots avaient été couchés dans leur tombe sanglante, et un monticule surmonté d’une petite croix faite de deux branches d’arbre lui rappelait seul que, dans quelques mois, des mères et des veuves allaient se voiler de deuil.

Néanmoins, il conserva de cette scène, pendant plusieurs