Page:Villedieu - Mémoires de la vie de Henriette Sylvie de Molière, 1672.pdf/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
50
La vie de Henriette

sions contenté de cette precaution. Mais un homme de qualité des environs de là fe rendit amoureux de moy en une vifite qu’il fit à Madame la Comtefle d’Enpris Le Comte voulut que je cignifle encore d’agréer fon. fervice, & c’eftoit trop de fincfle ; Cét ‘homme Sesberque fort avant à m’aimer, m’écrivit fouvent ; le Comte par une impru--dence de jeune homme s’avifa de luÿ faire une réponfe pour moy, & l’envie de railler le difpenfa à m’y faire parler un peu amoureu- ‘ fement. Ce rival indifcret ( comme il n’y a guere d’hommes qui

ne le foient lers qu’ils fe croyent favorifez , &’mefme quand ils ne croyent pas l’eftre) montra cette réponfe à P’Amy, & cét Amy le dit à un autre. Cr autre l’apprit à Birague, qui la crut de ma main, & m’en vint faire de grandes plaintes. Je m’en plaignis moy-mefme