Page:Villiers de L'Isle-Adam - Contes cruels.djvu/349

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et les Sars-d’armées :

Iahvé cède à la prière indignée des nabis, qui, perdus au fond des cavernes de l’Idumée ou sur les monts, te menacent !

— Un ordre contre les vieux rebelles, Schëlomo !

— Songe que David, le triomphateur de Séïr, en expirant te disait : « Que leurs cheveux blancs descendent, ensanglantés, dans le schëol ! »

Et les Négociants des Vingt-Villes :

— Yoschua, cette nuit, eût hâté le retour de l’Astre, lui qui obtint d’en prolonger la lumière sur les combats !… Il n’est plus, le Pasteur d’Israël !

À ce nom, les Capitaines des cavaliers de Sodome s’émeuvent en vociférations horribles : ils se souviennent des victoires ! Leurs voix dominent, un instant, toutes les rumeurs de la Salle :

— C’était lui, le Précurseur !

— Qui marcha dans Chanaan !

— Qui tua trente-deux rois, incendia deux cent trois villes !

— Et qui, à l’instigation de l’Être-des-Dieux, fit passer au fil de l’épée les femmes, les guerriers, les mulets, les vieillards, les ambassadeurs, les enfants et les otages !

— Puis s’endormit, en Éphraïm, avec ses pères, rassasié de jours et satisfait !

Un silence douloureux succède à ces lourdes clameurs militaires ; l’on n’entend plus, devant le Trône, que la paisible respiration du prince Hayëm, qui s’est endormi, sur des coussins, entre les schoschannas