Page:Villiers de L'Isle-Adam - L’Ève future, 1909.djvu/107

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ses deux mains vers le voile noir de son visage, elle envoya, d’un geste tout baigné d’une grâce d’adolescente, un lointain baiser à ceux qui l’avaient évoquée.

Elle rentra, souleva le pan d’une des draperies de deuil et disparut.

La muraille se referma.

Le même bruit sombre, mais cette fois s’enfonçant et s’évanouissant dans les profondeurs de la terre, se fit entendre, puis s’éteignit.

Les deux hommes se retrouvaient seuls sous les lampes.

― Qu’est-ce que cet être étrange ? demanda lord Ewald, en fixant à sa boutonnière la fleur emblématique de miss Hadaly.

Ce n’est pas un être vivant, répondit tranquillement Edison, les yeux sur les yeux de lord Ewald.


IV


Préliminaires d’un prodige


Sans phosphore, point de pensée !
Moleschott.


Lord Ewald, à cette révélation, considérant aussi l’effrayant physicien dans les yeux, parut se demander s’il avait bien entendu.

― Je vous affirme, reprit Edison, que ce métal qui marche, parle, répond et obéit, ne revêt personne, dans le sens ordinaire du mot.

Et comme lord Ewald continuait de le regarder en silence :