Page:Villiers de L'Isle-Adam - L’Ève future, 1909.djvu/277

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

et entendait, à force d’être impossible, ne pouvait être que tout naturel.

― Voici les Yeux ! s’écria Edison, en revenant vers lord Ewald, un coffret à la main.

L’Andréïde, à cette parole, alla s’étendre sur la dormeuse noire, comme pour ne prendre aucune part à la conversation.


XII


Les Yeux de l’esprit


Mon enfant a des yeux obscurs profonds et vastes
Comme toi, grande nuit ! Éclairés comme toi !
charles baudelaire.


Lord Ewald regarda fixement Edison :

― Vous m’avez dit : Les difficultés que présente la création d’un être électro-magnétique sont faciles à résoudre : le résultat seul est mystérieux. ― En vérité, vous avez tenu parole ; car, déjà, ce résultat me paraît presque totalement étranger aux moyens employés pour l’obtenir.

― Remarquez-le, s’il vous plaît, milord, répondit Edison, je ne vous ai donné d’explications, plus ou moins concluantes, elles-mêmes, que touchant quelques premières énigmes physiques de Hadaly ; mais je vous ai prévenu que, tout à coup, des phénomènes d’un ordre supérieur se présenteraient en elle, et que c’était là, seulement, qu’elle devenait extraordinaire ! ― Or, parmi ces phénomènes, il en est un dont je ne puis que constater les sur-