Page:Villiers de L'Isle-Adam - L’Ève future, 1909.djvu/31

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


n’étais pas un homme d’une activité pratique extraordinaire, ― j’irais, tout bonnement, nouveau Tityre, m’étendre à l’ombrage de quelque arbre champêtre : là, l’oreille appliquée au récepteur de mon Microphone, je laisserais couler les jours en écoutant l’herbe pousser pour me distraire, tout en me disant, in petto, qu’un Dieu des plus probables m’a fait ces loisirs.

Edison en était là de sa rêverie, lorsqu’un coup de timbre, limpide et sonore, fit tressaillir les ombres autour de lui.


VII


Une dépêche !


«  ― Prends garde : c’est…

«  ― Je ne vois pas bien
«  ― Qu’il entre ! »

Lubner, Le Spectre.


L’ingénieur abaissa le ressort d’un briquet à hydrogène qui se trouvait plus près de lui que les allumoirs électriques. Le jet de gaz, au contact de la frêle éponge de platine, s’enflamma.

Une veilleuse brilla : l’immense capharnaüm s’éclaira subitement.

Edison s’approcha d’un phonographe dont le porte-voix communiquait à un téléphone et gratifia d’une chiquenaude le pas-de-vis de la plaque vibrante (car il dédaigne le plus possible de parler lui-même, excepté à lui-même).

― Hé bien ! qu’est-ce ? que me veut-on ? cria l’instrument dans le capuchon du téléphone avec la