Page:Villiers de L'Isle-Adam - L’Ève future, 1909.djvu/39

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sur une plaque de métal ? ― Et les Chaldéens ! Si… Mais non ! Ceux-là vivaient dans le bleu. ― Et le puissant Euclides ? Le logique Aristote ? Et Pythagore, le mathématicien poëte ? Et le grand Archimède, lui, qui défendant Syracuse à lui seul, procréait des grappins qui brisaient, des miroirs qui brûlaient les flottes romaines en pleine mer, n’était-il pas doué des mêmes facultés d’attention que moi ? Si j’ai découvert le Phonographe en remarquant que le son de ma voix faisait vibrer le fond de mon chapeau lorsque je parlais en cet objet, n’a-t-il pas découvert sa Loi des liquides en examinant l’eau de son bain ? Comment ne s’est-il pas aperçu avant moi que les vibrations du son, autour de nous, s’inscrivent en traces que l’on peut fixer comme une écriture.

Ah ! sans le méfait du soudard des hordes de Marcellus, qui l’assassina sur cette équation inconnue, je sens qu’il m’eût distancé dans ma découverte ! ― Et les ingénieurs de Karnac ? d’Ypsamboul ? Les architectes de la citadelle sacrée d’Ang-Kor, ces Michel-Ange inconnus d’un temple où se joueraient une ou deux douzaines de Louvres et dont la hauteur passait de moitié, je crois, celle de la pyramide de Chéops, ― temple visible et palpable, au nord du Cambodge, et dont chaque architrave, chaque parvis, chaque monstrueuse colonne, qui se nombrent par centaines, sont ciselées et découpées à jour, et cela sur une montagne entourée d’un désert de cent lieues !… temple tellement ancien qu’il est impossible d’en découvrir le dieu ni la provenance, ni de reconnaître le nom de la nation, perdue dans la nuit des âges, qui en construisit le vaste miracle ! Est-ce qu’il n’était pas