Page:Villiers de L'Isle-Adam - L’Ève future, 1909.djvu/54

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


un sourire amer. La Science ne saurait aller jusque-là.

― La Science ? ― Je suis celui qui ne sait rien, qui devine parfois, qui trouve souvent, qui étonne toujours.

― D’ailleurs, l’amour dont je souffre est d’un ordre qui ne saurait sembler qu’étrange et inconcevable.

― Tant mieux ! tant mieux !… dit Edison en ouvrant de plus en plus les yeux : ― donnez-moi, seulement, quelques détails !

― C’est que… j’ai lieu de craindre qu’ils soient inintelligibles, même pour vous !

Inintelligibles ?… N’est-ce pas Hégel qui a dit : « Il faut comprendre l’Inintelligible comme tel ? » ― On essaiera, mon cher lord ! ― s’écria l’électricien. Et vous allez voir avec quelle clarté nous nettifierons le point obscur de votre mal ! ― Si vous me refusez, maintenant, ah ! tenez… je… je vous rembourse !

― Voici l’histoire ! dit lord Ewald, réchauffé lui-même par le cordial sans-gêne d’Edison.


XII


Alicia


« Elle marche dans sa beauté, pareille à la nuit des climats sans nuages et des cieux étoilés ! »
Lord Byron. Mélodies hébraïques.


Lord Ewald, s’étant croisé les jambes, commença, entre deux légers flocons de son cigare :

― J’habitais, depuis quelques années, l’un des plus anciens domaines de ma famille, en Angleterre, le château d’Athelwold, dans le Stattford-