Page:Villiers de L’Isle-Adam, Premières poésies, 1893.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IV


<poem>Rêvons ! les flots d’argent s’étendent, solitaires ! Leurs cimes vont briller au fond de l’horizon.. Et notre esquif, bercé par les vagues légères,

Flotte au loin, comme un alcyon.


Golfe de Gênes, mars 185...