Page:Villiers de L’Isle-Adam - Axël, 1890.djvu/102

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.




Scène IV

LES MÊMES, Le commandeur KASPAR D’AUERSPERG.




Le Commandeur à lui-même, les regardant

Non. Pas ceux-là. Ce sont des pierres, — et l’enfant est l’âme damnée de son maître. — L’autre, le majordome, ce herr Zacharias, — voilà celui qu’il faut attaquer.


Ukko

Si le commandeur d’Auërsperg désire attendre ici monseigneur, voici du vin du Cap, du canastre, du feu et des livres.


Le Commandeur

Le comte doit-il rentrer bientôt ?


Ukko

Dans une heure, au plus tard.

Ukko et les trois vieux soldats saluent et sortent.
Depuis quelques minutes, l’ouragan paraît s’être apaisé : il ne tonne plus qu’à de longs intervalles, et, au lointain, la pluie a presque cessé ; néanmoins, à travers les vitraux, le ciel demeure couvert et menaçant.