Page:Villiers de L’Isle-Adam - Isis, 1862.djvu/123

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


profaner. Mais les siècles ont passé sur le voile tombé en poussière ; je franchirai l’enceinte sacrée et j’essaierai de regarder le problème fixement.

Au moment d’entrer dans le royaume de la méditation solitaire, la jeune femme se surprit à détourner la tête et à jeter, pour la première fois, sur le rêve de la vie des regards de douceur. Oui, pour la première fois elle aurait voulu croire, aimer, oublier !… — Bientôt, dédaigneuse et grave, elle résista fermement et tendit toutes les puissances de son esprit vers les plus vertigineux sommets de l’Idéal.

Les jours et les nuits se passèrent.

Satan, d’après le poème symbolique, ayant forcé les portes de l’enfer, regarda les ténèbres et s’élança dans leurs profondeurs à la recherche de l’Éden. Ses ailes battaient dans le vide que ses regards exploraient. Ainsi l’âme qui, venant d’échapper à son cachot[1] par la conscience de l’identité[2], se précipite dans le mystère de

  1. (Le moi. — Voyez Fichte, la Logique. — Voir aussi Traité des Sensations, par l’abbé de Condillac, et Lélut, Physiologie de la Pensée.
  2. Voir Schelling, Idéalisme transcendantal, et ne pas tenir