Page:Villiers de L’Isle-Adam - Le Nouveau-Monde, 1880.djvu/117

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE NOUVEAU-MONDE 99 Le lieutenant Harris Vous voilà plus chaud que nous à présent ! MISTRESS Noella, debout auprès d’un arbre et comme à elle-même Nous en avons supporté bien d’autres, nous, dans les pre- miers temps !... Ils m’ont tout pris à moi ! — Ah ! mon pauvre mari ! Ah ! mon pauvre petit enfant !... C’est qu’ils en sont morts, voyez-vous ! Je n’ai plus rien, plus rien. Non ! du tout ! (Elle reste immobile, tête baissée.) Tom BuRNETT Je vais fourbir mes armes ! (Il sort en gesticulant.) Le quaker Eadie, à demi-voi. Conservateur !... (Pendant l’agitation et les rires qui suivent le départ de Tom Burnett Stephen Ashwell est entré, à droite ; il est monté sur la table- tribune a foule s’est retournée vers lui ; il lève la main.) SCENE XI Les MÊMES, MOINS TOM BURNETT, STEPHEN ASHWELL, PUIS MISTRESS ANDREWS, puis L’HOMME-QUI- MARCHE-SOUS-TERRE, puis LE CONSTABLE D’AN- GLETERRE ET LES SOLDATS ANGLAIS Les Miliciens — Hurrah pour Stephen Ashwell ! Stephen Soldats et frères, écoutez-moi. Le lieutenant Harris Parlez, capitaine !