Page:Vilmorin-Andrieux - Les plantes potagères, 1883.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

de la plante mère à laquelle il est adhérent, et qu’on appelle le talon, et en même temps il faut éviter de blesser trop gravement le vieux pied, ce qui pourrait en amener la pourriture. Les œilletons, une fois détachés, doivent être parés et dressés à la serpette, c’est-à-dire qu’on doit retrancher du talon les portions froissées ou déchirées et raccourcir un peu les feuilles. C’est dans cet état que les œilletons destinés à la plantation sont apportés sur les marchés.

La plantation peut se faire immédiatement en place. On doit choisir, pour établir une plantation d’artichauts, une terre bien défoncée, riche, profonde, fraîche et presque humide, sans cesser d’être saine. Les plaines basses, les fonds de vallée à terre noire et presque tourbeuse, conviennent tout particulièrement à la culture de l’artichaut. Les pieds sont plantés en ligne et espacés entre eux en tous sens de 0m,80 à 1m,20, selon la richesse de la terre et selon la variété à cultiver. On affermit solidement l’œilleton en terre au moment de la plantation, sans l’enterrer très profondément, puis on donne un bon arrosage, et l’on se contente ensuite de tenir la terre propre pendant toute la belle saison par des binages répétés, et d’arroser abondamment toutes les fois que cela est nécessaire. Si l’eau et l’engrais ne manquent pas à la jeune plantation d’artichauts, presque tous les pieds devront produire dès l’automne. Quelquefois, au lieu de planter à demeure tout de suite après l'œilletonnage, on plante d’abord les œilletons en pépinière et on les met en place à la fin de juin ou en juillet. La réussite de la plantation est ainsi plus assurée et la production au moins aussi abondante à l’automne.

Les semis d’artichauts doivent se faire sur couche tiède en février ou en mars, et l’on met le plant en place au mois de mai. Les plantes ainsi obtenues peuvent produire dès l’automne de la première année. On peut aussi semer en place à la fin d’avril ou en mai, mais la production est alors retardée jusqu’à l’année suivante.

A l’entrée de l’hiver, il faut s’occuper de protéger les plants d’artichauts contre les froids, qui peuvent souvent les faire périr dans notre climat. Pour cela, on nettoie les pieds en les débarrassant des tiges qui ont fleuri, et que l’on coupe aussi près que possible de la racine. On retranche aussi les feuilles les plus longues, et l’on butte les pieds en ramenant la terre tout à l’entour jusqu’à 0m,20 ou 0m,25 au-dessous du collet de la racine, mais en évitant d’en faire pénétrer dans le cœur de la plante. Si les gelées sont très fortes, il est bon de recouvrir, en outre, les pieds d’artichauts de feuilles sèches ou de paille ; mais il est important de les découvrir quand le temps se radoucit, afin d’éviter la pourriture. A la fin de mars ou au commencement d’avril, quand les gelées ne sont plus à craindre, on laboure la terre, on fume s’il y a lieu, on détruit les buttes qui entouraient chaque pied, et l’on procède à l’œilletonnage tel qu’il a été décrit plus haut.

Il est bon de renouveler partiellement tous les ans ses. plantations d’artichauts, et de ne pas les faire durer au delà de quatre ans.

Usage. — On mange la base des écailles de la fleur et le réceptacle ou fond de l’artichaut, soit cuits, soit crus. Les tiges et les feuilles peuvent être utilisées blanchies comme celles des cardons et ne leur sont pas inférieures en qualité.