Page:Vincent - George Sand et l amour.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE ier

LES DOCUMENTS

I

G. Sand était en compagnie de plusieurs amis, au nombre desquels se trouvait le docteur Favre. On essayait, comme toujours, de résoudre quelque problème social ou philosophique[1]. Le docteur prétendait que chacun agissait sous l’influence d’une inclination dominante, et que de celle-ci dépendaient tous les actes importants de la vie : « Je ne m’explique pas cependant, ajoutait le docteur, en s’adressant à G. Sand, comment votre vie a été si mouvementée, car enfin vous n’êtes pas sen-

  1. Je dois les détails qui suivent à M. Amic. G. Sand lui avait plusieurs fois raconté cette conversation avec le docteur Favre.