Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 6.djvu/325

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
[meneau]
— 322 —

de 2m,30 (7 pieds), aussi ont-ils été garnis de puissantes armatures en fer. Les redents de l’œil sont rapportés en feuillure, comme l’indique la section A faite sur ab. La feuillure maintenant les vitraux est refouillée intérieurement, ainsi qu’on le voit par la section horizontale B, faite sur le meneau central, l’extérieur étant en E. Les panneaux de vitraux sont maintenus dans l’œil au moyen de pitons d scellés à l’intérieur des redents. L’armature en fer de cet œil est elle-même scellée au nu intérieur des redents. La section C est faite sur ef. On remarquera que les tiers-points du grand arc et des deux petits arcs ont pour générateur un triangle équilatéral, les centres des arcs étant posés aux naissances mêmes des courbes. On observera aussi que le second rang de colonnettes porte les boudins formant le nerf principal des meneaux, mais que ces boudins ne suivent pas la courbe du grand arc ; de sorte que le nerf ou boudin de l’œil pénètre dans le grand biseau X, que cet œil semble circonscrit par l’archivolte, mais indépendant de son profil, que les meneaux paraissent n’être qu’un châssis rapporté ne faisant pas corps avec l’architecture, le tout étant cependant fait avec la bâtisse. Le système admis par l’architecte primitif de la cathédrale de Reims et scrupuleusement suivi par ses successeurs jusqu’à la fin du XIIIe siècle n’était plus de mode cependant à dater de 1240. À cette époque déjà, on prétendait ne plus laisser des vides aussi larges pour les panneaux des vitraux. Les fenêtres prenant toute la largeur entre les piles, un seul meneau ne suffisait pas toujours ; on voulut subdiviser ces espaces lorsqu’ils étaient très-larges, et au lieu de deux claires-voies on en établit quatre, de manière à ne plus avoir à vitrer que des vides de 1m,00 à 1m,30 au plus (3 ou 4 pieds). Mais cette extension du principe présentait des difficultés ; car rien, dans l’architecture antique, dans l’architecture romane, ni dans l’architecture orientale, ne pouvait à cette époque servir d’exemple. L’architecte qui conçut les premiers plans de la cathédrale d’Amiens, Robert de Luzarches, mais qui vit seulement élever les parties basses de la nef, avait disposé les fenêtres des collatéraux suivant le système adopté pour les fenêtres de la cathédrale de Reims : un meneau central, deux tiers-points et un œil circulaire avec redents rapportés en feuillure.

Ses successeurs, ayant à vitrer les énormes fenêtres hautes de la nef, qui ont 6m,00 de largeur sur 13m,00 de hauteur, songèrent à garnir ces vides d’une armature en pierre assez puissante et assez serrée pour pouvoir poser des vitraux entre leurs vides sans avoir recours à cet amas de ferrailles que nous voyons appliquées aux fenêtres de la cathédrale de Reims. Toutefois, ils partirent toujours du même principe : ils établirent l’ossature principale suivant la donnée admise à Notre-Dame de Reims, c’est-à-dire qu’ils la composèrent d’un meneau central portant deux arcs en tiers-point avec un œil circulaire supérieur ; mais dans les deux grands intervalles laissés entre les pieds-droits et ce meneau central ils firent un second châssis de pierre, composé de la même manière : d’un meneau central portant deux tiers-points et un œil. Ce système de cris-