Page:Viollet-le-Duc - La Cité de Carcassonne, 1888.djvu/49

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
47
DESCRIPTION DES DÉFENSES.

construction est très-considérable. C’est qu’elle devait s’élever assez haut pour dominer la tour nº 18 de l’enceinte extérieure, tour dite de la Vade ou du Papegay, sorte de donjon avancé absolument indépendant et qui était destiné à battre le plateau qui s’étend de plain-pied, en face de ce front.

Les tours précédentes, nos 45, 46, 47, 49, 50 et 52, ne sont pas voûtées, et des planchers en bois séparaient leurs étages, au nombre de deux seulement et établis sur le massif plein de la maçonnerie des Visigoths. Leurs escaliers à vis font saillie à l’intérieur des salles et sont pris à leurs dépens. Toutes ces tours interrompent la circulation sur le chemin de ronde des courtines ; il faut les traverser pour communiquer d’une courtine à l’autre. La tour nº 49, dite de Daréja, est bâtie sur une substruction romaine, formée de gros blocs de pierre parfaitement jointifs, sans mortier. Le soubassement romain portait certainement une tour carrée, car les Visigoths se sont contentés d’abattre les arêtes saillantes à coups de masse, pour arrondir cette construction massive qui ne renferme qu’un blocage.

En examinant les constructions surélevées au xiiie siècle, on voit que les ingénieurs ont donné à la partie cylindrique (côté extérieur) une forte épaisseur, tandis que du côté de la ville, là où la tour est fermée par un pignon, les murs n’ont qu’une faible épaisseur, afin d’obtenir l’espace vide le plus grand possible à l’intérieur pour loger les postes. La tour nº 47 présente aussi, sur les lices, dans sa partie inférieure, des restes de soubassements romains, sur lesquels est implantée une tour visigothe couronnée par la bâtisse du xiiie siècle.

Ainsi, toute cette portion de l’enceinte, comprise entre la tour nº 44 et la porte narbonnaise, a été réparée et recons-