Page:Vivien - Brumes de fjords.djvu/22

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Elle est l’incarnation de la beauté de l’Univers.

Fréia la Déesse est venue jadis à l’aube du printemps.

Elle est venue de la mer lointaine :

Un vol de mouettes la précédait,

Et le vent du large suivait ses pas.

Les nuages l’ont vue passer,

Et les nuages ont resplendi, les nuages se sont revêtus d’or et de roses.

Les montagnes l’ont vue passer :

Elles se sont parées de bruyère et de thym, d’églantines et de gentianes.

Les arbres l’ont vue passer :

Ils se sont constellés de fleurs et de feuillages.

Les oiseaux l’ont vue passer :

Ils ont chanté dans le soleil.

Mais Fréia l’Immortelle a disparu.

Elle a disparu dans le crépuscule.

Elle est venue de la mer.

Elle est partie vers la mer,

Les mouettes l’ont suivie vers la mer lointaine.

Fréia la Déesse a disparu.

Elle reviendra dans l’aube d’un printemps futur.