Page:Vivien - Dans un Coin de Violettes, 1910.djvu/102

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


TERREUR DU MENSONGE


Oui, j’endure aujourd’hui le pire des tourments,
Tu m’as menti… Tu m’as trompé… Et tu me mens !…


Mensonge caressant qui glisse de ta bouche !
Ô serment que l’on croit, ô parole qui touche !