Page:Vivien - Dans un Coin de Violettes, 1910.djvu/28

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
24
dans un coin de violettes

derniers vers, cette hantise particulière de la Mort, qui impose son obsédante image et devient le thème exclusif de ses variations poétiques.

N’importe, et s’il convenait de tirer un enseignement positif de ce douloureux exemple et de cette jeune vie fauchée en pleine floraison, je le trouverais sous la plume du poète qui fut un des maîtres chers à Renée Vivien et de qui, sans doute, moins que de tout autre, on eût pu l’attendre. Mais n’oublions pas que, chez lui, même au lendemain des crises les plus sataniques, se dissimulait un croyant, dressé aux retours sur lui-même et à l’examen de conscience. Donc, Baudelaire, puisque c’est de lui qu’il s’agit, note dans son article sur l’Ecole païenne, écrit à propos de Heine, ces observations d’une si profonde psychologie : — « La spécialisation excessive d’une faculté aboutit au néant. Je comprends la fureur des Iconoclastes et des Musulmans contre les images. J’admets tous les remords de Saint-Augustin sur le trop grand plaisir des yeux. La folie de l’art est égale à l’abus