Page:Vivien - Dans un Coin de Violettes, 1910.djvu/67

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
63
présence



Tu m’apportes ta voix, ta présence et ton rire,
Et je t’attends, je te contemple, et je t’admire.
En moi rayonne encor la splendeur de ton rire !



Sous le rayonnement solaire de tes yeux,
Ô jeune et belle autant que le furent les dieux !
Il me semble oublier mon cœur qui se fait vieux !