Page:Vivien - Dans un Coin de Violettes, 1910.djvu/83

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
79
étonnement devant le jour


Je vis encor, je souffre et peux encor souffrir…
Sans exhaler mon cœur dans un dernier soupir !


Mais comment puis-je ainsi voir la lumière en face,
Moi dont le cœur est lourd et dont l’âme est si lasse ?


Ô mon destin mauvais… Je suis devant l’amour
Un adversaire nu… Voici venir le jour !…


Moi dont l’être est plus las que le dernier automne
Qui se meurt sur les lacs, je vis… Et je m’étonne !