Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome12.djvu/593

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

la tête d’un corps de troupes ; le connétable de Luines commande l’armée royale.

On renouvela une ancienne formalité, aujourd’hui entièrement abolie. Lorsqu’on avançait vers une ville où commandait un homme suspect, un héraut d’armes se présentait aux portes ; le commandant l’écoutait, chapeau bas, et le héraut criait : « À toi, Isaac ou Jacob tel : le roi, ton souverain seigneur et le mien, te commande de lui ouvrir, et de le recevoir comme tu le dois, lui et son armée ; à faute de quoi, je te déclare criminel de lèse-majesté au premier chef, et roturier, toi et ta postérité ; tes biens seront confisqués, tes maisons rasées, et celles de tes assistants. »

Presque toutes les villes ouvrirent leurs portes au roi, excepté Saint-Jean-d’Angely, dont il démolit les remparts, et la petite ville de Clérac qui se rendit à discrétion. La cour, enflée de ce succès, fit pendre le consul de Clérac et quatre pasteurs.

(1621) Cette exécution irrita les protestants au lieu de les intimider. Pressés de tous côtés, abandonnés par le maréchal de Lesdiguières et par le maréchal de Bouillon, ils élurent pour leur général le célèbre duc Benjamin de Rohan, qu’on regardait comme un des plus grands capitaines de son siècle, comparable aux princes d’Orange, capable, comme eux, de fonder une république ; plus zélé qu’eux encore pour sa religion, ou du moins paraissant l’être : homme vigilant, infatigable, ne se permettant aucun des plaisirs qui détournent des affaires, et fait pour être chef de parti, poste toujours glissant, où l’on a également à craindre ses ennemis et ses amis. Ce titre, ce rang, ces qualités de chef de parti, étaient depuis longtemps, dans presque toute l’Europe, l’objet et l’étude des ambitieux. Les guelfes et les gibelins avaient commencé en Italie ; les Guises et les Coligny établirent depuis en France une espèce d’école de cette politique, qui se perpétua jusqu’à la majorité de Louis XIV.

Louis XIII était réduit à assiéger ses propres villes. On crut réussir devant Montauban comme devant Clérac ; mais le connétable de Luines y perdit presque toute l’armée du roi sous les yeux de son maître.

Montauban était une de ces villes qui ne soutiendraient pas aujourd’hui un siége de quatre jours ; elle fut si mal investie que le duc de Rohan jeta deux fois du secours dans la place à travers les lignes des assiégeants. Le marquis de La Force, qui commandait dans la place, se défendit mieux qu’il ne fut attaqué. C’était ce même Jacques Nompar de La Force, si singulièrement sauvé de la mort, dans son enfance, aux massacres de