Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome16.djvu/383

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



AVERTISSEMENT

DE BEUCHOT.

Voltaire, qui avait, en 1731, publié son Histoire de Charles XII, pensait, quelques années après, à devenir l’historien de Pierre Ier, empereur de Russie, le rival du roi de Suède. On le voit, en 1737, prier Frédéric, prince royal de Prusse, de transmettre à un agent qu’il avait en Russie une série de questions[1]. Plusieurs autres lettres, soit de Frédéric, soit de Voltaire[2], prouvent l’existence d’un projet que Voltaire n’avait pas encore exécuté, et peut-être même avait abandonné, lorsqu’on 1748 il publia les Anecdotes sur le czar Pierre le Grand[3].

Mais, lorsqu’en 1757 le comte Schouvaloff se fut mis en correspondance avec Voltaire, et l’eut engagé à écrire l’Histoire de Pierre Ier, le philosophe de Ferney se rendit promptement à ses désirs.

La première partie de l’Histoire de Russie sous Pierre le Grand fut imprimée en 1759[4], et c’est la date que porte l’édition originale. Toutefois, la publication n’eut lieu que l’année suivante, parce que l’auteur attendait le consentement de la cour de Pétersbourg[5], où son volume fut gardé un an[6]. Avant l’impression, Voltaire avait déjà envoyé en Russie son ouvrage manuscrit ; on le soumit à Lomonossoff, homme non moins remarquable par ses talents que par ses connaissances, et auteur d’une Pétréide, poëme en deux chants. Quelques-unes des observations de Lomonossoff, publiées dans le Télégraphe de Moscou, n° 6 de 1828, ont été reproduites, la même année, dans le septième cahier du Bulletin du Nord, journal scientifique et littéraire, imprimé en la même ville.

Parmi les remarques de Lomonossoff il en est une qui porte sur ces paroles du chapitre II, page 423 : « C’est d’un homme devenu patriarche de toutes

  1. Lettre de mai 1737.
  2. Voyez, dans la Correspondance, les lettres de Frédéric des 6 mars, 6 août ; 12 et 19 novembre 1737 ; 26 janvier, 4 février, 28 mars 1738 ; et celles de Voltaire d’octobre 1737, janvier et avril 1738.
  3. Ces Anecdotes sont dans les Mélanges.
  4. Voyez, dans la Correspondance, la lettre à M. Keat, du 20 juin 1759. (L. M.)
  5. Lettre de Voltaire à Tressan, du 23 septembre 1760.
  6. Lettre à Mairan, du 9 auguste 1760.