Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome22.djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
171
SUR M. POPE, ETC.

pas ; elle n’est qu’un ouvrage très-médiocre ; mais à force d’esprit l’auteur d’Hudibras a trouvé le secret d’être fort au-dessous de Don Quichotte. Le goût, la naïveté, l’art de narrer, celui de bien entremêler les aventures, celui de ne rien prodiguer, valent bien mieux que de l’esprit : aussi Don Quichotte est lu de toutes les nations, et Hudibras n’est lu que des Anglais.

L’auteur de ce poëme si extraordinaire s’appelait Butler[1] : il était contemporain de Milton, et eut infiniment plus de réputation que lui, parce qu’il était plaisant, et que le poëme de Milton était lort triste. Butler tournait les ennemis du roi Charles II en ridicule, et toute la récompense qu’il en eut fut que le roi citait souvent ses vers. Les combats du chevalier Hudibras furent plus connus que les combats des anges et des diables du Paradis perdu ; mais la cour d’Angleterre ne traita pas mieux le plaisant Butler que la cour céleste ne traita le sérieux Milton, et tous deux moururent de faim, ou à peu près.

Le héros du poëme de Butler n’était pas un personnage feint, comme le Don Quichotte de Michel Cervantes ; c’était un chevalier baronnet très-réel, qui avait été un des enthousiastes de Cromwell et un de ses colonels. Il s’appelait sir Samuel Luke, Pour faire connaître l’esprit de ce poëme, unique en son genre, il faut retrancher les trois quarts de tout passage qu’on veut traduire : car ce Butler ne finit jamais. J’ai donc réduit à environ quatre-vingts vers les quatre cents premiers vers d’Hudibras, pour éviter la prolixité.


Quand les profanes et les saints
Dans l’Angleterre étaient aux prises,
Qu’on se battait pour des églises
Aussi fort que pour des catins ;
Lorsque anglicans et puritains
Faisaient une si rude guerre,
Et qu’au sortir du cabaret
Les orateurs de Nazareth
Allaient battre la caisse en chaire ;
Que partout, sans savoir pourquoi,
Au nom du ciel, au nom du roi,
Les gens d’armes couvraient la terre,
Alors monsieur le chevalier,
Longtemps oisif, ainsi qu’Achille,
Tout rempli d’une sainte bile,

  1. Né en 1612, mort en 1680.