Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome26.djvu/145

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


LITTERAIRES. i35

après quoi on l'a confiné dans son village, près de Montpellier. Ce La Beaumelle est le même qui a depuis fait imprimer ^ des ie^res falsifiées de M. de Voltaire, à Amsterdam, à Avignon, accom- pagnées de notes infâmes contre les premiers de l'État.

On a toujours du goût pour son premier métier^.

On demande, après de pareils exemples, s'il ne vaut pas mille fois mieux être laquais dans une honnête maison que d'être le bel esprit des laquais ; et on demande si l'auteur d'un petit poëme intitulé le Pauvre Diable n'a pas eu raison de dire*:

J'estime plus ces honnêtes enfants Qui de Savoie arrivent tous les ans, Et dont la main légèrement essuie Ces longs canaux engorgés par la suie; J'estime plus celle qui, dans un coin, Tricote en paix les bas dont j'ai besoin ; Le cordonnier qui vient de ma chaussure Prendre à genoux la forme et la mesure, Que le métier de tes obscurs Frérons ; Maître Abraham et ses vils compagnons * Sont une espèce encor plus odieuse. Quant aux catins, j'en fais assez de cas : Leur art est doux, et leur vie est joyeuse ; Si quelquefois leurs dangereux appas A l'hôpital mènent un pauvre diable, Un grand benêt qui fait l'homme agréable, Je leur pardonne : il l'a bien mérité.

Je cite ces vers pour faire voir combien ce métier de petits barbouilleurs, de petits folliculaires, de petits calomniateurs, de petits falsificateurs du coin de la rue, est abominable : car, pour celui des belles demoiselles qui ruinent un sot, je n'en fais pas tout à fait le même cas que l'auteur du Pauvre Diable ; on doit avoir de l'honnêteté pour elles sans doute, mais avec quelques restric- tions.

DIX-HUITIÈME HONNÊTETÉ.

Le fils d'un laquais de M. de Maucroix, lequel fils fut laquais aussi quelque temps, et qui servit souvent à boire à l'abbé d'OIi-

1. Dans les diverses éditions le volume est intitulé Lettres secrètes de M. de Vol- taire, publiées par M. L. B. Mais il parait certain que l'éditeur fut Robinet, mort en i8i7,et qui peut avoir eu l'intention do faire tomber les soupçons sur La Beaumelle.

2. La Pucelle, chant IX, vers 302.

3. Vers 38(3-402.

�� �