Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome26.djvu/162

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


152 LES HONNÊTETÉS

ses associés à en faire une seconde édition pleine d'injures les plus méprisables à la fois et les plus punissables. Le parti jésui- tique a fait imprimer cette édition clandestine à Lyon, au mépris des ordonnances.

« Nonotte est actuellement toléré et ignoré dans notre ville. 11 demeure à un troisième étage, et il gouverne despotiquement une vieille fille imbécile qui vous a écrit une lettre anonyme. 11 dit qu'il s'occupe à un Dictionnaire antiphilosophique ^ qui doit paraître cette année. Je crois en effet qu'il en fera un antiraison- nable. Vous voyez que les membres épars de la vipère coupée en morceaux ont encore du venin. Ce misérable est un excrément de collège qu'on ne décrassera jamais, etc. » Nous conservons l'original de cette lettre.

  • Si Nonotte a ses censeurs, il a aussi des gens de bon goût

pour partisans. M. de Voltaire a reçu une lettre datée de Henne- bon en Bretagne, le 18 novembre 1766, signée le chevalier Brûlé. 11 a bien voulu nous la communiquer ; la voici : elle est en beaux vers.

L'orgueil du philosophe avait bercé Voltaire

Dans la flatteuse idée, mais par trop téméraire,

De mériter un nom par-dessus tous les noms.

Le voilà bien déchu de sa présomption;

David avec sa fronde a terrassé Goliath.

Et puis qu'on dise qu'il n'y a plus de Welches en France. Le chevalier de Brûlé est apparemment un disciple, de Nonotte. Les , jésuites n'élevaient-ils pas bien la jeunesse?

PETITE DIGRESSION

Qui contient une réflexion utile sur une partie des vingt-deux honnêtetés précédentes.

Quelle est la source de cette rage de tant de petits auteurs, ou ex-jésuites, ou convulsionnistes, ou précepteurs chassés, ou petits collets sans bénéfices, ou prieurs, ou argumentant en théo- logie, ou travaillant pour la comédie, ou étalant une boutique de feuilles, ou vendant des mandements et des sermons ? D'où vient qu'ils attaquent les premiers hommes de la littérature avec une fureur si folle? Pourquoi appellent-ils toujours les Pascal

1. L'ouvrage de Nonotte, qui ne parut que cinq ans après, est intitulé Diction- naire philosophique de la relirjion: voyez l'Avertissement de Beuchot en tête du Dictionnaire philosophique, tome XVII, page x.

�� �