Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome26.djvu/168

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


4o8 LES HONNÊTETÉS

rantes en l'air. Larnet commence par dire, page 50, que c'est le pape qui est l'anteclirist. Oh! accordez-vous donc, messieurs; car l'abbé Guyon assure qu'il a vu l'anteclirist dans son château ^ au- près de Lausanne. Or l'anteclirist ne peut pas siéger à Lausanne et à Rome : il faut opter; il n'appartient pas à Tantechrist d'être en plusieurs lieux à la fois.

Le prédicant appelle à son secours le pauvre Michel Servet, qui assurait que l'anteclirist siège à Rome. Si c'était le sentiment du sage Servet, il ne fallait donc pas que de sages prédicants le fissent brûler; mais,

Ami, Servet est mort, laissons en paix sa cendre '•*. Que m'importe qu'on grille ou Servet ou Larnet?

Tout cela m'est fort égal. Il est un peu ennuyeux, à ce qu'on dit, ce Larnet, prédicant de Carcassonnc en Languedoc. Cepen- dant il a quelques amis. M. Robert Covelle, qui joue, comme on sait, un grand rôle dans la littérature, lui est fort attaché. Dans le dernier voyage que M. Robert fit à Carcassonne, il dédia h son ami Larnet une petite pièce de poésie intitulée Maître Guignanl, ou de rHypocrisie. Cette épîtrc n'est pas limée. M. Covelle est un homme de bonne compagnie, qui hait le travail, et qui peut dire avec Chapelle :

Tout bon fainéant du Marais Fait des vers qui ne coûtent guère : Pour moi c'est ainsi que j'en fais; Et si je les voulais mieux faire, Je les ferais bien plus mauvais'.

VINGT-SIXIÈME HONNÊTETÉ.

« Vous êtes un impudent, un menteur, un faussaire, un traître, qui imputez à des Anglais de mauvais vers que vous dites avoir

1. Voyez la page précédente.

2. Parodie d'un vers à'OEdipe, acte IV, scène ii; voyez tome l" du Théâtre.

3. Après ces vers de Chapelle, dans l'édition originale des Honnêtetés litté- raires on lisait :

« Voici donc le petit morceau de M. Robert Covelle pour égayer un peu cette triste liste des lionnétctés littéraires. Sans enjouement et sans variété vous ne tenez rien. »

Puis" on lisait la satire intitulée Éloge de fllypocrisie (voyez tome X), mais sous le titre de : Maître Guignard, ou de l'Hi/pocrisie, diatribe par M. liobert Covelle, dédiée à M. Isaac Démet, prédicant de Carcassonne en Languedoc. (B.)

�� �