Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome26.djvu/511

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


SUR LES KRAxNÇAlS. 501

rasson l'ayant commentée, elle fit beaucoup de bruit. C'était dans le temps de la révocation de l'édit de Nantes, Fontenelle courait risque d'être enfermé à la Bastille. Il eut la bassesse de faire d'assez mauvais vers à l'iionneur de cette révocation, et à celui des jésuites : on les inséra dans un mauvais recueil intitulé le Triomphe de la religion sous Louis le Grand, imprimé à Paris chez Langlois, en 1687.

Mais, ayant depuis rédigé en français, avec un grand succès, la savante Histoire des oracles de Van Dale, les jésuites le persécu- tèrent. Le Tellier, confesseur de Louis XIV, rappelant l'allégorie de Mero et d'Enègue, aurait voulu le traiter comme le jésuite Voisin avait traité Théophile. Il sollicita une lettre de cachet contre lui. Le célèbre garde des sceaux d'Argenson, alors lieu- tenant de police, sauva Fontenelle de la fureur de Le Tellier. S'il avait fallu choisir un athéiste entre Fontenelle et Le Tellier, c'était sur le calomniateur Le Tellier que devait tomber le soupçon.

Cette anecdote est plus importante que toutes les bagatelles littéraires dont l'abbé Trublet a fait un gros volume concernant Fontenelle', Elle apprend combien la philosophie est dangereuse quand un fanatique, ou un fripon, ou un moine qui est l'un et l'autre, a malheureusement l'oreille du prince. C'est un danger, monseigneur, auquel on ne sera jamais exposé auprès de vous.

DE l'abbé de saint-pierre.

VAllégorie du mahométisme, par l'abbé de Saint-Pierre, fut beaucoup plus frappante que celle de Mero. Tous les ouvrages de cet abbé, dont plusieurs passent pour des rêveries, sont d'un homme de bien et d'un citoyen zélé ; mais tout s'y ressent d'un pur théisme. Cependant il ne fut point persécuté : c'est qu'il écri- vait d'une manière à ne rendre personne jaloux : son style n'a aucun agrément ; il était peu lu. Il ne prétendait à rien ; ceux qui le lisaient se moquaient de lui, et le traitaient de bonhomme. S'il eût écrit comme Fontenelle, il était perdu, surtout quand les jésuites régnaient encore.

��1. Mémoires pour servir à l'histoire de la vie et des ouvrages de M. de Fon- tenelle, 1759 et 1761, in-12.

�� �