Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome27.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA CHINE. 9

prophéties prouvent les miracles de Jésus mon sauveur, et ces miracles de Jésus prouvent à leur tour les prophéties. C'est un argument auquel on n'a jamais répondu, et c'est ce qui établira sans doute notre secte dans toute la terre, si nousavonsheaucoup de dévotes, de soldats, et d'argent comptant.

l'empereur. Je le crois, et on m'en a déjà averti : on va loin avec de l'argent et des prophéties. Mais tu ne m'as point encore parlé des miracles de ton dieu ; tu m'as dit seulement qu'il fut fessé et pendu.

FRÈRE RIGOLET.

Eh! sire, n'est-ce pas là déjà un très-grand miracle? Mais il en a fait bien d'autres. Premièrement, le diable l'emporta sur le haut d'une petite montagne d'où on découvrait tous les royaumes de la terre, et il lui dit : « Je te donnerai tous ces royaumes, si tu veux m'adorer^; » mais Dieu se moqua du diable. Ensuite on pria notre Seigneur Jésus à une noce de village, et les garçons de la noce étant ivres- et manquant de vin, notre Seigneur Jésus- Christ changea l'eau en vin sur-le-champ, après avoir dit des injures à sa mère^ Quelque temps après, s'étant trouvé dans Gadara, ou Gésara, au bord du petit lac de Génézareth, il ren- contra des diables dans le corps de deux possédés* : il les chassa au plus vite, et les envoya dans un troupeau de deux mille co- chons, qui allèrent en grognant se jeter dans le lac et s'y noyer ; et ce qui constate encore la grandeur et la vérité de ce miracle, c'est qu'il n'y avait point de cochons dans ce pays-là.

l'empereur.

Je suis fâché, frère Rigolet, que ton dieu ait fait un tel tour. Le maître des cochons ne dut pas trouver cela bon. Sais-tu bien que deux mille cochons gras valent de l'argent ? Voilà un homme ruiné sans ressource. Je ne m'étonne plus qu'on ait pendu ton dieu. Le possesseur des cochons dut présenter requête contre lui, et je t'assure que si, dans mon pays, un pareil dieu venait faire un pareil miracle, il ne le porterait pas loin. Tu me donnes une grande envie de voir les livres qu'écrivit le Seigneur Jésus, et comment il s'y prit pour justifier des miracles d'une si étrange espèce.

1. Matthieu, iv, 9.

2. Inebriati... en saint Jean, ch. n, v. 10. {Nvte de Voltaire.)

3. Jean, ii, 4

4. Matthieu, viii, 28; Marc, v; Luc, vin, 27.

�� �