Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome27.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


46 BANNISSEMENT DES JÉSUITES.

la discorde bouleversa le Japon; le sang coula de tous côtés; vous en fîtes autant à Siametaux xAIanilles; je dois préserver mon em- pire d'un fléau si dangereux. Je suis tolérant, et je vous chasse tous, parce que vous êtes intolérants. Je vous chasse, parce quêtant divisés entre vous, et vous détestant les uns les autres, vous êtes prêts d'infecter mon peuple du poison qui vous dévore. Je ne vous plongerai point dans les cachots, comme vous y faites languir en Europe ceux qui ne sont pas de votre opinion. Je suis encore plus éloigné de vous faire condamner au supplice, comme vous y envoyez en Europe ceux que vous nommez hérétiques. Nous ne soutenons point ici notre religion par des bourreaux; nous ne disputons point avec de tels arguments. Partez ; portez ailleurs vos folies atroces, et puissiez-vous devenir sages! Les voitures qui vous doivent conduire à Macao sont prêtes. Je vous donne des habits et de l'argent : des soldats veilleront en route à votre sûreté. Je ne veux pas que le peuple vous insulte : allez, soyez dans votre Europe un témoignage de ma justice et de ma clémence, »

Ils partirent; le christianisme fut entièrement aboh à la Chine, ainsi qu'en Perse, enTartarie, au Japon, dans l'Inde, dans la Tur- quie, dans toute l'Afrique : c'est grand dommage; mais voilà ce que c'est que d'être infaillibles.

��FIX DE LA RELATIOX. ETC.

�� �